1077_MATIN_2103
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bilan COVID-19 du 12 avril
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
1077_MATIN_2103
CHRONIQUEURS / L'Agora
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau

Mercredi, 24 février 2021

Un vieux débat toujours à recommencer entre les générations…



 Imprimer   Envoyer 

La semaine dernière, le premier ministre Legault y est allé d'une « adresse à la nation » par Facebook pour se livrer à un plaidoyer en faveur de la liberté de l'expression en pointant du doigt la culture woke qui fleurit dans les universités. Ah, l'Université. Des institutions qui ont le dos large et qui sont l'objet de bien des récriminations de nos jours. Et ces jeunes étudiants radicalisés ? N'en jetez plus la cour est pleine. Réflexion sur l'université québécoise...

L'Université et moi...

J'ai un rapport particulier avec l'Université. En fait, je n'ai presque jamais quitté cette institution de toute ma vie. J'y ai étudié, d'ailleurs j'y étudie encore et j'y ai travaillé comme chargé de cours à maintes reprises. Dans ma vie professionnelle, j'ai eu aussi l'Université comme client. Mes enfants l'ont fréquentée et ont complété des diplômes et je souhaite que mes petits-enfants la fréquentent aussi. Ça c'est pour plus tard et comme dit François Legault, on verra...

Une image contenant extérieur, bâtiment, rue, gensDescription générée automatiquementL'Université est présentement au cœur des débats au sujet de la culture woke. On y pointe du doigt des universités particulières et on fait grand état de ces jeunes radicalisés qui s'abreuvent aux sciences humaines et sociales pour changer la société. Un peu fort la tasse de café, je trouve. D'ailleurs, ce n'est pas récent que l'on s'en prenne aux universités et aux jeunes qui la fréquentent. Déjà, à ses balbutiements, l'Université était au cœur de débats et de conflits comme j'en ai témoigné dans mon mémoire de maîtrise déposé en 1982 à l'Université de Sherbrooke sur la condition étudiante à l'Université de Montpellier de 1289 à 1421. Déjà à cette époque, l'Université faisait les frais du combat entre l'Église et l'État dans ce que nous avons appelé la lutte contre la théocratie de Philippe Lebel. Les étudiants quant à eux étaient vus comme des vagabonds, des désœuvrés qui avaient maille à partir avec les habitants des communes où ils vivaient. Vous ne me voyez donc pas étonné qu'aujourd'hui encore l'université soit au cœur de nos débats.

La culture woke...

La culture woke ou la cancel culture qui est son expression la plus contestée et la plus contestable a fait son apparition dans les années 2010 aux États-Unis. Cela veut décrire un état d'esprit militant et combatif pour la protection des minorités et contre le racisme. Ce mot prend appui sur le nominatif wake au sens de réveil face à l'injustice. Il est très présent dans la rhétorique du mouvement Black Lives Matter. Depuis les médias s'en sont emparés et il est utilisé beaucoup plus largement.

« Depuis la fin des années 2010, le terme Woke s'est déployé et aujourd'hui une personne "woke" se définit comme étant consciente de toutes les injustices et de toutes les formes d'inégalités, d'oppression qui pèsent sur les minorités, du racisme au sexisme en passant par les préoccupations environnementales et utilisant généralement un vocabulaire intersectionnel. Le terme Woke est non seulement associé aux militantismes antiraciste, féministe et LGBT, mais aussi à une politique de gauche dite progressiste et à certaines réflexions face aux problèmes socioculturels. »

Les effets de la présence de cette culture woke chez nous importée des États-Unis se font sentir et c'est particulièrement présent dans l'actualité depuis un an avec les affaires des universités d'Ottawa et de Concordia. Cela avait commencé autour de l'œuvre de Robert Lepage sur les Amérindiens ou sur la pièce de Betty Bonifassi SLAV sur les chants d'esclaves. Le débat sur la diversité dans les médias et sur nos scènes ainsi que les discours autour de la présence ou non au Québec d'un racisme systémique ont contribué à faire de ce sujet une préoccupation du premier ministre Legault.

Mais d'où vient donc ce phénomène ?

Pour comprendre, il faut d'abord savoir établir un diagnostic. Il faut nous interroger sur les raisons qui font que nous assistons au Québec à l'émergence de ce phénomène. D'abord, il faut reconnaître que c'est dans la nature de la jeunesse, surtout celle qui fréquente nos universités, d'interroger les certitudes d'une époque et les vérités établies. De tout temps, les jeunes universitaires se sont livrés à une critique de la société dans laquelle ils vivent. J'ai contesté l'ordre social établi lorsque j'étais un jeune étudiant et il m'apparaît sain et souhaitable qu'aujourd'hui, l'on fasse de même. Chaque génération doit mener son combat pour ses valeurs. Loin de moi l'idée de reprocher à la jeunesse actuelle, où à sa frange contestataire woke, le droit de le faire.

Puis, l'apparition de la culture woke en révèle beaucoup plus sur nous et les parents de ces étudiantes et étudiants que sur eux. Ces jeunes ont vécu dans un univers surprotégé dans lequel ils étaient les rois. Ils sont de la génération des parents hélicoptères. Une société ayant moins d'enfants et plus de parents pour s'en occuper donne une génération d'enfants surprotégés. Je ne sais si cela constitue un réel facteur d'explication, mais à tout le moins celui-ci doit être inclus dans la discussion.

D'autre part, il faut pister l'existence de ce phénomène dans l'explosion des injustices et des inégalités qu'ont créé les États néo-libéraux. Les écarts de richesse sont sans cesse grandissants, la pauvreté endémique ravage l'Afrique et l'Amérique latine et de nombreuses franges de la population dans les riches pays occidentaux. Que penser par exemple du sort réservé chez nous aux peuples des Premières Nations qui vivent au Canada, un véritable Apartheid ? N'est-il pas normal que nos cerveaux les plus éveillés s'inquiètent du sort de ces laissés pour compte ? Je peux ajouter la présence encore trop importante d'une culture du viol, de la discrimination des femmes et oui de la discrimination envers les minorités racisées. L'affaire Camarra en constitue une indication claire selon moi.

Dialoguer plutôt qu'interdire

Une image contenant texte, journalDescription générée automatiquementReconnaître la pertinence de la contestation de la culture woke ne signifie pas pour autant qu'il faille lui donner le Bon Dieu sans confession. Les gens qui s'inscrivent dans cette mouvance ont de la difficulté à reconnaître qu'ils essentialisent les races, qu'ils nient les spécificités nationales et qu'ils ne reconnaissent pas les classes sociales dans leur compréhension du monde. Ils s'abreuvent à ces auteurs français célèbres épris de structuraliste et de déconstruction comme Gilles Deleuze, Jacques Derrida et Michel Foucault. Si l'on veut mieux comprendre l'émergence de ces théories aujourd'hui moins actuelles en France, il faut lire le livre de François Cusset intitulé French Theory. Foucault, Derrida, Deleuze, et cie et les mutations de la vie intellectuelle aux États-Unis. À la lecture ce cet ouvrage on comprend mieux le lien entre ces théories et les universités américaines de même que les nôtres. (François Cusset, French Theory. Foucault, Derrida, Deleuze, et cie et les mutations de la vie intellectuelle aux États-Unis, Paris, Éditions La Découverte, 2007, 380 p.)

Il est intolérable que l'on propose de bannir des auteurs, des termes nécessaires à la compréhension de notre histoire. Nous ne sommes pas les États-Unis, mais le Canada. Nos origines tirent leur essence des mêmes systèmes impériaux, mais notre histoire s'est déployée autrement souvent selon des logiques différentes. Cela nécessite que nous entreprenions un dialogue sur nous et sur les autres qui nous ont choisis. Par le dialogue, il faut renouer avec un vieux débat toujours à recommencer entre les générations...



Écoloboutique avril 21
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Virus électoral

Virus électoral
Jamais plus le déshonneur…

Jamais plus le déshonneur…
Café William Spartivento 2103
NOS RECOMMANDATIONS
Bilan COVID-19 du 6 avril

Bilan COVID-19 du 6 avril
Les pissous de François Legault

Les pissous de François Legault
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Écoloboutique avril 21
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Café William Spartivento 2103
 
François Fouquet
Lundi, 12 avril 2021
Le printemps ne nous aidera pas, cette fois!

Yves Nantel
Samedi, 10 avril 2021
LES 3 R, TU APPLIQUERAS

Archives nationales du Québec à Sherbrooke
Jeudi, 8 avril 2021
Notre histoire en archives : Derrière le rideau du photomaton

Daniel Nadeau
Mercredi, 7 avril 2021
Les pissous de François Legault

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
Retour du festival gourmand Sherbrooke t’en bouche un coin Par Maxime Grondin Vendredi, 9 avril 2021
Retour du festival gourmand Sherbrooke t’en bouche un coin
Bilan COVID-19 du 8 avril Par Maxime Grondin Jeudi, 8 avril 2021
Bilan COVID-19 du 8 avril
Bilan COVID-19 du 11 avril Par Maxime Grondin Dimanche, 11 avril 2021
Bilan COVID-19 du 11 avril
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous
slimecut