magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
Trainigenaction
ACTUALITÉS / Estrie
Daniel Campeau Par Daniel Campeau

Mercredi, 10 juin 2020

Négociations du secteur public: les enseignants se sentent lésés



 Imprimer   Envoyer 

L'année scolaire 2020 restera marquée par la pandémie de la COVID-19 et les négociations dans le secteur public québécois. « On est loin de la priorité accordée à l'éducation qu'on nous avait promise », s'insurge Josée Scalabrini présidente de la Fédération des Syndicats de l'Enseignement affiliée à la CSQ.

Le moins que l'on puisse dire c'est que les dernières offres proposées par le conseil du trésor aux enseignantes et enseignants du primaire, secondaire, préscolaire et de la formation professionnelle sont jugés irrecevables et inacceptables.

Pour Josée Scalabrini c'est honteux « On nous disait que l'on voulait valoriser la profession d'enseignant (tes), alors qu'à l'heure actuelle c'est tout le contraire. Le gouvernement de M. Legault revient sur son engagement d'abolir les six premiers échelons de l'échelle salariale des enseignants, choisissant plutôt de bonifier la rémunération à ces échelons. L'échelle salariale de nos membres continuera donc d'avoir 17 échelons et nous demeurons encore les enseignants les moins bien payés au Canada. De plus Québec veut inscrire dans la convention collective, que la semaine de travail a une durée de 40 heures alors qu'elle est actuellement de 32 heures, ce n'est rien de moins qu'une volte-face spectaculaire du gouvernement face à ses engagements précédents. »

Elle ajoute que son syndicat ne trouvait pas opportun de tenir cette négociation en période de pandémie, jugeant que la priorité devait demeurer les services offerts aux élevés et aux familles.

« De bonne foi nous avons accepté d'écouter le gouvernent qui nous promettait une négociation soutenue et rapide, mais ce qui nous est présenté à la table n'a rien à voir avec ce qui nous est offert, le gouvernement Legault manque de sérieux ! Si vraiment l'éducation est une priorité au Québec il va falloir que le gouvernement arrête dans faire seulement un discours et pose des gestes concrets. »

En vertu de la convention collective qui est arrivée à échéance le 31 mars dernier, les enseignants québécois gagnent présentement 42 431 $ au premier échelon et jusqu'à 82 585 $ au 17e et dernier échelon. Québec offre actuellement aux employés de l'État des augmentations de 1,75 % la première année du contrat de trois ans, puis 1,75 et 1,5 % et y ajoute des montants forfaitaires dans des cas bien précis.

Les 65 000 enseignants de la FSE ont rejeté la proposition à 97%. Le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, brandit la menace de retirer rapidement cette offre à cause du poids de la crise et en raison de la capacité gouvernementale de maintenir cette proposition.

La présidente de la FSE croit qu'afin de relancer le secteur de l'enseignement au Québec, il faudra trouver des pistes de solutions qui viendront attirer et retenir les intéressés à la profession. Elle se dit prête à se battre bec et ongles afin de voir une amélioration des conditions de travail et de la rémunération des enseignants, ainsi que de diminuer la lourdeur de leurs tâches.

« Nous avons le sentiment profond que le premier ministre, qui vient du monde des affaires, pose de nombreux gestes pour relancer ce secteur économique, mais il n'a pas la connaissance terrain; et qui écope dans ce temps-là? C'est nous. M. Legault échappe la situation en enseignement comme ça lui est arrivé en santé, avec le résultat que l'on connait. Nous allons continuer de faire pression sur le ministre de l'éducation qui répond aux questions; mais nous constatons que le ministre est très ou trop respectueux de la ligne de partie et de son chef. »

Mme Scalabrini affirme qu'il n'y aura pas d'entente à rabais sur le dos des enseignants et que dans ce climat, son syndicat n'est pas pressé de conclure une entente. Alors que le gouvernement Legault voulait une négociation rapide et soutenue, la FSE pousse pour obtenir des conditions de travail soutenues et acceptables, et avec une revalorisation de la profession d'enseignant.

« La situation inquiète nos membres. Il est aussi très préoccupant de constater que de plus en plus d'enseignants songent soit à la retraite ou à changer de profession. Et que d'années en années de moins en moins d'étudiants et étudiantes choisissent la profession d'enseignants (qui vit déjà une pénurie), alors que le gouvernement s'engage à former 10 000 préposés aux bénéficiaires en un temps record », conclue Josée Scalabrini.

 

 


Écoloboutique aout 2020
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
La Fédération québécoise de l'autisme attend son plan pour la rentrée

La Fédération québécoise de l'autisme attend son plan pour la rentrée
Les abreuvoirs de certains parcs temporairement hors service

Les abreuvoirs de certains parcs temporairement hors service
FQDC Campagne corporative aout 2020
NOS RECOMMANDATIONS
Un inventaire des touladis fait dans le Memphrémagog

Un inventaire des touladis fait dans le Memphrémagog
Tenir le Salon du livre? La réflexion est en cours

Tenir le Salon du livre? La réflexion est en cours
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

FTMS 2020
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Boucherie du Terroir 12juillet2020
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 12 août 2020
Le Québec n’est pas une page blanche…

Sylvie L. Bergeron
Mardi, 11 août 2020
Chronique d'humeur Covid

François Fouquet
Lundi, 10 août 2020
Ward, le pire et le pas pire…

Pierre-Olivier Pinard
Vendredi, 7 août 2020
Être un aîné en santé

Jacinthe Dubé 5 juin20
Zoo voyage autour du monde 2020
Être un aîné en santé Par Pierre-Olivier Pinard Vendredi, 7 août 2020
Être un aîné en santé
Le commencement de la fin Par Me Catherine Chouinard Jeudi, 6 août 2020
Le commencement de la fin
Une exposition archéologique du MNS2 présentée en ligne Dimanche, 9 août 2020
Une exposition archéologique du MNS2 présentée en ligne
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous